Recherche d'un soldat tombé au combat dans le Belgian War Dead Register

Actualités

Tombé dès avant la guerre : le lieutenant Menschaert

Cela arrive à tout le monde d’être impliqué dans un différend. Les parties concernées sont alors souvent prêtes à s’accorder sur un compromis. En novembre 1939, le lieutenant Menschaert et le soldat Porton poussent malheureusement leur dispute à l’extrême. Puni par le lieutenant, le soldat Porton ne pense qu’à se venger. Il abat Maurice Menschaert dès avant le début de la guerre. Quelques jours plus tard, le lieutenant est enterré dans son village de Burst. Sa tombe disparaît toutefois lors d’un réaménagement du cimetière communal.

En 2019, la section locale de la FNC apprend le triste sort du lieutenant Menschaert. En collaboration avec les autorités communales, elle donne une nouvelle sépulture au lieutenant Menschaert et fait graver son nom sur le monument commémoratif de Burst. Maurice Menschaert était en effet prêt à défendre son pays, mais n’a pas pu combattre l’ennemi par un méchant saut du sort.

 

Hendrik Haesen, ou le dévouement désintéressé

Lorsque les Allemands attaquent notre pays en 1914, les troupes à et autour de Malines ne sont pas épargnées. Les soldats ont à peine le temps d’enterrer leurs camarades morts pour la patrie. De nombreuses victimes sont inhumées à la hâte dans des endroits qui ne sont pas prévus à cet effet et leurs tombes risquent dès lors de disparaître au fil du temps. Pour éviter cet oubli, la ville de Malines crée rapidement un service de réinhumation, placé sous la direction de l’enseignant Hendrik Haesen. Avec son équipe, Hendrik part à la recherche de ces tombes perdues dans la campagne malinoise. Certains propriétaires terriens refusent toutefois de s’associer à la démarche et Hendrik n’hésite alors pas à faire appel à l’occupant allemand. Grâce aux efforts ciblés de Hendrik Haesen, pas moins de 892 militaires, toutes nationalités confondues, sont transférés de leur sépulture solitaire vers le cimetière communal de Malines. Hendrik décède le 28 mars 1918 des suites d’une maladie contractée lors de ses travaux. Il est enterré parmi les victimes à qui, quatre années durant, il a offert une sépulture décente. Aujourd’hui, la tombe de Hendrik se trouve toujours à la pelouse d’honneur du cimetière de Malines.

 

 

En coulisses

Le but premier du WDR est de donner un accès public aux données relatives aux victimes militaires belges.
Il est toutefois moins connu que cette banque de données est le résultat d’innombrables heures de travail par des bénévoles. Pour les en remercier, vous trouverez ci-dessous un aperçu du travail qu’ils ont effectué en 2020 :

 

 

  • Enregistrement des Zivilarbeiters enterrés principalement sur des pelouses d’honneur françaises, ainsi que des hommes de mer de la Première Guerre mondiale ;
  • Révision de toutes les victimes militaires inhumées en France ;
  • Adaptation des indications d’unité pour la Campagne de 18 Jours ;
  • Réponses à 4.000 demandes d’information ; plus de 100.000 données ont été complétées ou adaptées ;
  • Création d’une brève hebdomadaire et d’un dépliant sur le WDR ;
  • 3.200 inconnus inhumés dans les cimetières militaires et les pelouses d’honneur ont été introduits par le biais des données dont nous disposons ;
  • Plus de 3.000 actes de naissance ont été vérifiés …